Atelier OSC au Centre du Tchad : « Vous êtes le relais de l’information » Reviewed by Momizat on . Mongo, 14-15 juillet 2014 Les journées de formation organisées à Mongo, au Centre du Tchad, à l’intention des OSC ont réuni dix-huit organisations venues des dé Mongo, 14-15 juillet 2014 Les journées de formation organisées à Mongo, au Centre du Tchad, à l’intention des OSC ont réuni dix-huit organisations venues des dé Rating: 0

Atelier OSC au Centre du Tchad : « Vous êtes le relais de l’information »

Cet article est également disponible en : Anglais, Arabe

Atelier OSC au Centre du Tchad : « Vous êtes le relais de l’information »

Mongo, 14-15 juillet 2014

Les journées de formation organisées à Mongo, au Centre du Tchad, à l’intention des OSC ont réuni dix-huit organisations venues des départements de la région du Guéra. Les représentants des principales associations de défense des droits de l’homme et de victimes, de jeunes et de femmes, qui ont répondu à cet appel, étaient tous déjà très actifs dans la province.

La région du Guéra et sa capitale Mongo ont été fortement marquées par les violences commises durant les années 1980 au Tchad. Les magistrats des Chambres africaines extraordinaires (CAE) s’y sont rendus à deux reprises, en mars et en mai 2014, pour recueillir des témoignages et procéder à des exhumations de charniers présumés. Après ces visites strictement judiciaires, les ONG, les magistrats et les populations locales restaient en demande d’information et d’explication sur les CAE.

L’objectif de ces deux journées de formation dirigées par l’équipe du Consortium était de permettre aux organisations de la société civile des quatre départements du Guéra – Mongo, Biktine, Melfi, Oum-Hadjer – de se constituer en réseau afin de faciliter la répercussion des informations au plus près des populations. Il s’agit en particulier de leur donner des informations détaillées sur les droits des victimes, et plus généralement sur le fonctionnement des CAE, de répondre à leurs questions et de débattre avec elles des enjeux pour le Tchad et les Tchadiens.

« Cette formation est louable pour l’accompagnement des victimes »

Au programme de ces deux journées, des exposés avec projections documentaires et des séances de travail de groupe. L’expert en droit pénal international Hugo Jombwe a notamment instruit les participants sur la définition des crimes internationaux poursuivis par les CAE : crimes de guerre, crimes contre l’humanité, génocide et torture. Il a apporté des réponses aux questions sur la constitution de partie civile devant ce tribunal, sur le rôle et les droits des parties civiles dans la procédure.

Le passé ressurgit dans les esprits et les responsables ne sont pas punis, ce qui fait que dans cette région du Guéra beaucoup de victimes et de leurs proches vivent toujours dans la peur des forces de sécurité, plus de vingt ans après, ont relevé plusieurs représentants d’OSC. « Cette formation est louable pour l’accompagnement des victimes qui peuvent désormais se libérer », a estimé cependant le président du Réseau des associations des droits de l’homme au Tchad (RADHT).

À l’issue de l’atelier, les participants ont déclaré avoir appris beaucoup de choses, sur les concepts de droit notamment, durant cette cession. « Avant cela nous étions aveugles ! », s’est notamment exclamé l’un d’eux. Les OSC locales, qui étaient déjà mobilisées, se sont révélées particulièrement réactives. Dès le lendemain des ateliers organisés par le Consortium, elles ont formé une coalition, à laquelle participent aussi des journalistes locaux. Cette participation de médias et journalistes locaux semble particulièrement appropriée dans les provinces, pour bien répercuter l’information.

Le Consortium

Site by Primum Africa Consulting © Copyright 2014, All Rights Reserved

Retour en haut de la page